Modèles de robustesse et de praticité, les pick-up plaisent également pour leurs équipements luxueux. Conscient de l’importance de ce segment, Volkswagen développe sa propre offre en 2010 en proposant l’Amarok. Ce grand gaillard de presque deux tonnes a plusieurs atouts qui devront plaire aux artisans pour ne citer que son design exclusif, sa technologie et ses capacités de chargement. Mieux, une nouvelle génération est même dans les bacs. De quoi profiter des dernières innovations développées par le constructeur.

Volkswagen, expertise pick-up

On était nombreux à croire que l’Amarok était le premier véritable pick-up sorti des usines de Volkswagen. En réalité, la marque n’en est pas vraiment à son premier coup d’essai. On se souvient en 1946 lorsqu’elle effectua la transformation d’une Cox en pick-up destiné à transporter les pièces de ses propres usines. Puis en 1980, elle réitère à nouveau l’expérience en lançant le Caddy typ14 afin de suivre la tendance des mini-trucks apparus aux États-Unis. Pour cela, les ingénieurs décident de modifier la Golf I. En 1994, le monde entier découvre le Volkswagen Taro. À l’époque, le fabricant allemand n’avait aucune réelle expertise sur la construction de pick-up et préfère s’allier avec Toyota qui avait déjà son modèle à succès à savoir le Hilux. Le Taro va alors être une version rebadgée de ce dernier. Suit ensuite la sortie de Felicia qui ne va pas enthousiasmer les foules notamment parce qu’en parallèle, le Caddy débarque sur le marché et remporte toutes les ventes de l’époque. Après quelques autres tentatives comme le développement du prototype AAC dans les années 2000, Volkswagen finit par attendre l’année 2010 pour concevoir une offre plus sérieuse. C’est donc à ce moment qu’apparaît l’Amarok.

Volkswagen Amarok : le baroudeur allemand

Quand on analyse de plus près le travail qui a été fait sur l’Amarok, on se rend vite compte que Volkswagen s’est largement surpassé. Le véhicule a bénéficié d’un restylage de mi-carrière en 2016 pour continuer à rester le plus moderne possible. Du point de vue du design, le pick-up affiche une allure masculine et sportive qui ne manque pas d’attirer l’attention. Il se reconnaît par ses barres de seuils chromées appelées « Sportsbar » et qui s’éclairent au LED. Mention spéciale également pour les immenses jantes de 20 pouces qui donnent du caractère au véhicule. À l’intérieur, l’Amarok revendique clairement son positionnement premium en déployant un haut niveau de confort, une excellente habitabilité ainsi qu’une foule d’accessoires utiles. À l’avant, les sièges ergoComfort contribuent au bien-être du conducteur et du passager. Côté multimédia et infotainement, les utilisateurs pourront continuer à s’informer grâce aux services mobiles en ligne « Car-net », aux systèmes de navigation, dont le « Discover Media » et les radios proposés.

Que vaut le Volkswagen Amarok ?

Le meilleur de l’Amarok se trouve sous le capot. Le pick-up étrenne un V6 3.0 litres de 258 ch, de quoi lui permettre d’aller au-delà de ses limites. Il est même en mesure de gagner des chevaux supplémentaires grâce au dispositif « Overboost ». L’Amarok doit aussi ses performances à sa boîte de vitesse automatique à 8 rapports et sa transmission intégrale 4MOTION qui lui permet d’attaquer les conditions extrêmes tout en continuant à offrir le meilleur confort de conduite. Grâce au blocage de différentiel mécanique, la motricité est optimisée même sur les chemins glissants et sableux. Pour garantir la sécurité sur les routes, l’Amarok est riche d’une foule de systèmes d’aide à la conduite pour ne citer que la caméra de recul « Rear View », les dispositifs de stabilisation, le système de freinage automatique post-collision ainsi que le Park Pilot qui est rudement pratique dans les manœuvres et les stationnements. Il est également muni d’ABS tout-terrain qui fait gagner en sécurité grâce aux cales réduisant les distances de freinage. Le système d’aide à la descente pour sa part freine les roues et réduit automatiquement le régime moteur pour éviter tout souci.

L’Amarok : parfait pour le travail

Les artisans intervenant dans le secteur de la construction ou de l’agriculture pourront compter sur l’Amarok pour mener à bien leurs activités. Rien de mieux que ce pick-up pour assurer le transport de charges importantes et volumineuses grâce à sa capacité de charge de 935 kg. Avec sa capacité de remorquage de 3,5 T, il peut tracter une remorque à chevaux, un bateau ou une voiture en dépannage. Cet utilitaire ne rechignera jamais devant les tâches les plus rudes. Malgré les charges importantes transportées, il garde sa qualité de conduite. À l’arrière, il offre le plateau le plus large de sa catégorie. La benne propose une surface de chargement de 2,52 m2, une hauteur de seuil de chargement de 780 mm ainsi qu’un hayon de chargement de 508 mm. La surface de la benne a été protégée avec les meilleurs matériaux pour ne pas s’altérer face aux dommages chimiques ou mécaniques.

Une acquisition en LLD du Volkswagen Amarok : pourquoi pas ?

L’Amarok existe en 7 finitions : Starline, Trendline, Canyon, Hunter, Highline et Ultimate. Des séries spéciales ont également été développées à l’instar du modèle Diavel Edition qui est monté du fameux moteur V6 TDi 258 ch et qui se reconnaît par ses baguettes de calandre noire laquées, ses jantes 20 pouces, son arceau, ses coques de rétroviseurs noir laquées et ses portes à liseré rouge. En 2019, Volkswagen sort également une finition haut de gamme Aventura exclusive équipée de la sportsbar, de jantes alliage 20, de feux arrière teintés, etc. Pour acquérir l’une de ses versions, les entreprises peuvent tout à fait envisager un financement en leasing. D’ailleurs, il ne faut pas se le cacher : c’est la meilleure alternative pour acquérir ce type de véhicule dont les prix sont très élevés. La version Aventura se négocie à elle seule à 59 000 euros. Plutôt que de payer cash ce montant, l’entreprise ne règle que des loyers mensuels jusqu’à la fin du contrat de Location Longue Durée. À l’arrivée de cette échéance, elle peut décider de renouveler sa location. Ce sera une occasion d’essayer la seconde génération de l’Amarok qui devrait faire ses débuts d’ici 2022.