Les utilitaires constituent un segment très porteur. Et bien qu’il soit difficile de rivaliser avec les marques tricolores, les enseignes comme Toyota ont trouvé la parade : s’unir avec elles. C’est de cette manière qu’apparait pour la première fois en 2012 le ProAce, une version rebadgée du Citroën Jumpy et du Peugeot Expert. Cet utilitaire est même disponible en version électrique commercialisée à partir de 2020.

ProAce : la plus française des Japonaises

Il faut remonter jusqu’en 2012 pour connaître l’histoire de la Toyota ProAce. Cet utilitaire commercialisé à partir de 2013 est le frère jumeau de la seconde génération du Peugeot Expert, du Citroën Jumpy et accessoirement, du Fiat Scudo. Pour Toyota, cette collaboration avec le groupe PSA a constitué l’une des solutions les plus efficaces pour percer sur le marché des utilitaires surtout en France. À l’époque, la ProAce devait substituer au Toyota HiAce produit de 1989 à 2004. Son lancement n’était qu’une simple mise en bouche puisqu’en 2016, lorsque Fiat décide de mettre un terme à son partenariat avec le groupe PSA en optant pour une collaboration avec Renault, Toyota a le champ libre pour jouir de toutes les technologies apportées par le groupe français. À partir de 2016, une nouvelle mouture de la ProAce fait alors son apparition et va être basée cette fois-ci sur le Peugeot Traveller et le Citroën Space Tourer. La marque japonaise va plus loin en estampillant son utilitaire du label « Origine France Garantie ». En 2012, la Toyota Yaris est le premier modèle de l’entreprise à bénéficier de ce label. Pour mettre en avant cette origine made in France, le véhicule est produit dans le nord du pays, au sein de l’usine Sevelnord située à Valenciennes.

Un Toyota ProAce électrique pour les entreprises ecofriendly

Toyota est décidément motivé à percer sur le marché des véhicules utilitaires. Comme on le sait, les nouvelles règlementations européennes vont bientôt interdire la circulation des véhicules thermiques en centre-ville. Pour réaliser leurs livraisons du dernier kilomètre, les entreprises sont donc contraintes de se tourner vers l’électromobilité. Consciente de cet enjeu, la marque japonaise décide de lancer une version électrique de son ProAce présentée officiellement en 2019 et commercialisée depuis 2020. Les utilisateurs ont le choix entre deux packs de batteries : 50 kWh et 75 kWh. Deux niveaux d’autonomie sont disponibles à savoir l’un de 230 km et l’autre de 330 km. Au même titre que ses cousins Citroën ë-Jumpy, Peugeot e-Expert et Opel Vivaro-e, la ProAce Electric est munie d’un électromoteur de 100 kW ou 136 ch avec 260 Nm de couple. Trois longueurs de carrosserie (4,60, 4,95 et 5,30 m), deux capacités de chargement (1 000 et 1 275 kg) et trois volumes de chargement (4,6, 5,3 et 6,6 m3) sont proposés. L’une des principales particularités de ce modèle par rapport aux autres utilitaires électriques du groupe français concerne la garantie sur la batterie s’étendant sur une durée de 15 ans ou un million de kilomètres, ce qui est complètement inédit quand on sait que les autres modèles de PSA se contentent d’offrir une garantie de 8 ans et 160 000 km.

La ProAce City

Toujours en quête de nouveaux défis à relever, Toyota s’attaque aussi au marché concurrentiel des fourgonnettes en sortant son ProAce City. Le constructeur s’est à nouveau tourné vers son partenaire industriel français pour développer ce modèle qui devrait être disponible d’ici 2021. Le ProAce City est le clone des Peugeot Partner, Citroën Berlingo et Opel Combo qui sont des références sur le marché et ont même été élus Van of the Year 2019. Il est proposé en deux longueurs : Médium de 4 403 mm et Long de 4753 mm avec un volume utile de 3,3 et 3,9 m3. Grâce au système Moduwork, il est possible de gagner un espace supplémentaire en libérant le siège passager. Esthétiquement, l’utilitaire reprend les mêmes caractéristiques physiques que ses jumeaux avec ses lignes fluides et modernes. Les utilisateurs ont le choix entre le fourgon tôlé, la version Combi ou la version cabine approfondie.

Toyota Proace : les versions et finitions disponibles

Le ProAce va être commercialisé en trois finitions. La première version Active propose son lot d’équipements à savoir l’ordinateur de bord, l’aide au démarrage en côte, le régulateur/limiteur de vitesse, les vitres avant électriques, le volant réglable, trois places individuelles et une porte droite coulissante latérale. Cette version se négocie à un tarif de 23 235 euros HT. Avec le niveau Dynamic, les utilisateurs ont accès à la climatisation manuelle, le système audio Bluetooth, les rétroviseurs extérieurs chauffants et électriques ainsi que le verrouillage centralisé à distance. Pour ces équipements, ils devront s’acquitter de la somme de 24 135 euros HT. Enfin, avec la gamme Business, le véhicule s’équipe du système de navigation avec écran 7 pouces, de l’allumage automatique des projecteurs, du détecteur de pluie, des projecteurs antibrouillards, des radars de stationnement arrière et d’un ordinateur de bord couleur. Le prix démarre à 25 385 euros.

Acheter la Toyota ProAce en leasing

Une entreprise intervenant dans le transport de marchandises ou de personnes souhaitant faire acquisition de la Toyota ProAce n’est pas contrainte de passer par l’achat. En effet, l’offre de leasing propose davantage de flexibilité. D’abord, elle évite de toucher à la trésorerie ou de contracter des crédits automobiles qui risquent de mettre à mal le budget de l’entreprise. Ensuite, la location longue durée comprend d’emblée les coûts de l’entretien, du dépannage et de l’assurance qui sont intégrés dans le prix du loyer. Il s’agit d’une véritable solution de facilité à ne pas négliger, car elle décharge l’entreprise des contraintes liées à la gestion de leur flotte et lui permet de se concentrer sur son cœur de métier. Un autre point fort de la LLD concerne la possibilité de changer plus régulièrement de véhicule. Lorsque l’utilitaire a fait son temps, il n’est plus question de réfléchir aux difficultés de la revente, car le véhicule est restitué simplement auprès du loueur. Au terme du contrat, l’entreprise peut choisir de renouveler la location et prendre un modèle plus récent équipé des dernières technologies. Une occasion de révéler l’image d’une organisation moderne.