S’il est une certitude, c’est que les nouvelles règlementations européennes sont en train de sonner le glas des véhicules thermiques. Bientôt, les entreprises de livraison ne pourront plus réaliser leurs tournées avec un utilitaire diesel ou essence. Les constructeurs sont au taquet pour préparer ce futur proche en développant de plus en plus d’utilitaires électriques. Chez Mercedes, c’est déjà chose faite. Le constructeur a lancé en 2019 le Mercedes eVito spécialement conçu pour les livraisons du dernier kilomètre. Ce modèle peut être financé par une location longue durée.

Après le Vito, vive l’eVito

Au commencement de l’eVito, d’abord le Vito. La première génération de ce fourgon signé Mercedes est lancée à partir de 1996. Dès sa sortie, le Vito connaît un véritable succès si bien qu’il a été élu au titre d’Utilitaire léger de l’année. Il va également se décliner en une version destinée au transport de personnes. Cette première mouture se vend à près de 310 000 exemplaires. En 2003, place à un second opus qui est produit jusqu’en 2014. Au cours de cette époque, Mercedes, à l’avant-garde de ce qui se fait de mieux, envisage déjà une version électrique pour son utilitaire. En 2010, l’usine de Vitoria en Espagne lance la production du Vito E-Cell. Le véhicule était doté d’un moteur d’une puissance de 70 kW pour une vitesse maximale de 130 km et d’une batterie de 36 kWh avec autonomie de 130 km. Malheureusement, à cause d’une insuffisance de ventes, cette déclinaison électrique va cesser d’être produite. Cela ne va pas empêcher Mercedes d’envisager à nouveau une version propre de son fourgon. Le constructeur peaufine la sortie de son nouveau modèle qui sort des concessions à partir de 2019. Bienvenue à l’eVito.

L’eVito pour s’adapter aux nouvelles règlementations sur la pollution atmosphérique

L’accès aux centres-villes commence à être limité par de nombreuses municipalités en Europe afin de réduire les pics de pollution. À Paris, seules les automobiles munies d’une vignette Crit’Air ont le droit de circuler. La Mairie envisage même d’interdire les voitures diesel d’ici 2024. Dans d’autres villes d’Europe, la chasse aux véhicules thermiques a déjà commencé. À Rome, ces derniers vivent leur dernier jour. À Madrid, les décisions sont même plus drastiques puisque la ville compte bannir les voitures de son centre historique. Devant tous ces bouleversements, les constructeurs sont obligés de changer de stratégie s’ils ne veulent pas définitivement fermer boutique. Ces dernières années, ils sont à pied d’œuvre dans le développement de leurs véhicules 100% électriques qui s’inscrivent comme une réponse aux règlementations européennes visant la baisse des émissions de gaz carbonique. Chez Mercedes plus particulièrement, le processus a déjà été entamé. Étant donné que ce sont les professionnels effectuant des livraisons du dernier kilomètre qui sont les plus concernés par ces lois, la marque à l’étoile concentre son offre à l’égard de ce public en sortant son eVito.

Mercedes eVito : le fourgon respectueux de l’environnement

L’eVito reprend quasiment le même design que le Vito. Il va surtout plaire pour ses nombreuses caractéristiques extérieures qui ont été très soignées. L’utilitaire s’équipe de rétroviseurs extérieurs rabattables, de commande électrique avec portes coulissantes, de rampes de toit destinées à transporter des objets qui n’auraient pas pu passer à l’arrière, une porte coulissante droite ainsi qu’un hayon à ouverture large. À l’intérieur, il propose des banquettes passagers 2 places offrant le maximum de confort, un bandeau lumineux à LED dans la zone de chargement ainsi que diverses cloisons de séparation. Sous le capot, l’eVito est muni d’un moteur électrique de 85 kW ou 116 ch avec 295 Nm de couple. Le véhicule affiche une vitesse maximale de 80 km/h mais il est possible de l’augmenter à 120 km/h sur la demande du client. Sous le plancher, une batterie d’une capacité utile de 35 kWh avec une autonomie de 150 km est disponible. Afin d’optimiser la consommation énergétique, le fourgon est muni d’un dispositif intelligent avec trois programmes de conduite (Comfort, Economy et Economy Plus) et quatre niveaux de récupération dont les réglages sont présentés sur le combiné d’instrumentation. Un des avantages de l’eVito porte sur le temps de charge rapide. Il suffit d’environ 6 heures pour récupérer 0 à 100% de l’énergie de la batterie sur une borne de recharge ou sur un boitier mural.

Mercedes eVito un utilitaire électrique fiable et innovant

L’eVito est un allié de travail indispensable pour les entreprises. Le modèle « Fourgon » se spécialise dans le transport de marchandises tandis que la version Tourer est davantage dédiée au transport de personnes. Le véhicule propose une charge utile de 615 kg et dispose de trois hauteurs (1941 mm, 5140 mm, 1928 mm) et de deux longueurs de compartiment de chargement (2290 mm et 2831 mm). La largeur maximale du compartiment de chargement est de 1685 mm. Le volume de chargement pour sa part est de 6 m3. Pour offrir le meilleur confort aux utilisateurs, l’utilitaire offre des équipements dernier cri. On cite entre autres le système multimédia Audio 30 avec son écran tactile de 7 pouces et ses nombreuses solutions d’infodivertissement et de communication. Le véhicule est également doté d’un système de climatisation à régulation semi-automatique ainsi que d’une aide au démarrage en côte. Au rayon des dispositifs de sécurité, il propose des feux-stops adaptatifs, un système d’éclairage extérieur automatique ou encore la caméra de recul.

Financer l’eVito par un leasing : pourquoi est-ce une bonne idée ?

En ce moment, l’eVito se négocie à un tarif de 45 965 euros HT en version longue de 5140 mm et à 46 580 euros en version extra-longue de 5370 mm. Pour les entreprises, il n’est pas forcément évident de débloquer un tel montant afin de financer l’acquisition d’un véhicule surtout s’il s’agit de renouveler une flotte entière. La solution dans ce cas consiste à se tourner vers la Location Longue Durée. Ce système de financement est très avantageux dans la mesure où il permet de payer l’usage du véhicule petit à petit via des loyers mensuels. L’entreprise n’a pas besoin de mobiliser sa trésorerie et encore moins de souscrire à un prêt bancaire pour acheter et devenir propriétaire de l’utilitaire. Avec la location, elle se désengage du véhicule dès la fin du contrat sans avoir à prendre en charge la revente.